Baccharis : 2 chantiers de coupe en août

Pour couper les baccharis deux chantiers se dérouleront les 8 et 17 août dans des salines non exploitées de Kervarin mais aussi pour continuer l’entretien des salines de Philippe Picaud à Rostu. Yves Lepeu vice-président, responsable et coordonnateur de ces chantiers souhaiterait une plus forte participation des adhérents . Pour être  » coupeurs  » il suffit d’apporter ses gants ,son sécateur ou son coupe-branche et pour les plus costauds une scie ..On sait que le baccharis est une plante nuisible mais toujours pas classée comme telle . TAILLEZ-LE AVANT QU’IL FLEURISSE Importé des côtes est et nord américaines où il était planté comme arbuste d’ornement, il est devenu en quelques décennies l’une des espèces introduites les plus invasives sur le littoral, provoquant une baisse très importante de la biodiversité des milieux naturels de nos côtes. Cet arbuste ,résistant à tout ,qui peut devenir un arbre ( 5 mètres de hauteur ) doit être coupé au minimum 3 fois avant que l’on ait des chances de le voir s’affaiblir et plus hypothétiquement disparaître .Toujours est- il qu’il faut le faire avant qu’il ne soit en fleurs et surtout , surtout avant qu’il ne forme ses milliers de graines( semblables à celles des pissenlits ) ; elles peuvent faire ,portées par le vent ,des kilomètres avant de se resemer . On dit même qu’une graine peut avoir une dormance de 5 ans si elle ne rencontre pas un milieu favorable à sa germination. Parmi les plantes invasibles autres que le baccharis mais qui ne concerne pas notre commune, on trouve la jussie dans les canaux de la Brière, l’herbe de la Pampa...

Pointe de Merquel

Les nouveaux aménagements sont terminés Le platelage en bois est réservé à la flânerie des piétons. L’escalier en bois lui aussi permet aux promeneurs de rejoindre la Pointe de Merquel....

Une plaquette des amis des sites

L’association vient d’éditer une plaquette en couleurs qui va être distribuée dans le courant de l’été . Le pourquoi de sa création , ses buts : redynamiser la production de sel , lutter contre les baccharis, faire respecter la loi Littoral… Tel est le contenu de ce petit document de 6...

La saline des tropiques

UNE AUTRE FACON DE RECOLTER LE SEL Imaginez une saline de 2 hectares située à 50 mètres en surplomb de la mer où il n’y a ni vasière, ni aderne, ni ladure,ni cuy,ni fare,ni argile et qui,bien sûr, donne du sel. Pas possible pensez-vous ! Et si ! Je vais vous expliquer d’abord son fonctionnement et la technique, assez surprenants. Cette saline qui a la même configuration depuis 1942 comporte 23 bassins étagés dont 12 cristallisoirs en- Tièrement habillés de plastique noir. Nous sommes sur l’île de La Réunion, à la Pointe au Sel à Saint leu, anciennement Pointe de Bretagne puisque ce sont les Bretons qui, au 17° siècle, firent du sel les premiers. Située à 50 m au-dessus du niveau de la mer, c’est une grosse pompe qui aspire l’eau de mer et la rejette à plus de 300 m dans les bassins du haut dits « bassins de tête ». L’eau très salée – 42 g de sel par litre d’eau de mer contre 30 à 37 g chez nous – va alors s’écouler par gravité dans les différents bassins de décantation pour arriver dans ceux du bas appelés « cristallisoirs » Après avoir observé le temps et aussi en fonction de la température ambiante le saunier va actionner une Vanne qui va permettre à l’eau de descendre plus ou moins rapidement ; plus l’eau va descendre plus la Salinité va augmenter. 2 TONNES DE SEL EN 5 heures Les 2 sauniers, dans les cristallisoirs avec leurs bottes , n’ont plus qu’à râcler le sel avec un gros balai en plastique ; lorqu’ils ont mis tout...