Architecture et paysages à Mesquer

Des Patrimoines multiples à découvrir.

Connaissez-­‐vous les aquarelles de Xavier Josso? Elles nous montrent les paysages de Mesquer vers 1920 : salines, champs, haies basses, le regard porte loin… les hameaux, villages et moulins sont autant de repères dans la commune. Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux se fondent dans la végétation ou les constructions qui les ont enserrés depuis un siècle.

Les villages… un patrimoine fragile à préserver.

Les-villages-de-Mesquer

Les villages de Mesquer recensés par le Plan Local d’Urbanisme (carte T. Evette)

Témoins de l’histoire rurale, salicole et maritime de Mesquer, les bourgs de Mesquer et Quimiac, le port de Kercabellec et les nombreux « villages » (c’est ainsi qu’on nomme les hameaux dans le pays) constituent un patrimoine que le promeneur apprécie, tout particulièrement quand ces villages sont encore entourés de haies ou de champs qui préservent leur unité et les distingue, des nappes de constructions plus récentes. Le Plan local d’urbanisme en recense 12 (voir carte) outre le port et les bourgs. On les découvre au tournant du chemin qui, les traversant, mène des salines aux champs ou au bourg. Les maisons accolées s’ouvrent sur la rue, sans clôtures ou si discrètes qu’elles ne font pas écran au regard ; une placette les réunit autour d’un puits ou d’une fontaine.

 

 

 

 

 

Pen-­Loc est un des villages les mieux conservés de la commune. On y perçoit bien la limite entre les champs et le hameau, les abords des maisons sont ouverts et fleuris, on a le sentiment d’un espace partagé et accueillant pour les promeneurs. Les maisons anciennes s’adossent ou se font face de manière souple. Une construction neuve en forme de salorge s’intègre parfaitement.

PenLoc

Préserver l’architecture des maisons anciennes, veiller à ce que les nouvelles n’en rompent pas l’harmonie, maintenir les transitions végétales qui marquent l’entrée du hameau… autant de moyens de respecter et faire connaître ce patrimoine si attirant.

XXe siècle : du village au lotissement périurbain

La construction s’est développée dans la commune tout au long du 20e siècle et s’est accélérée depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui. Fin 19e et début 20e les nouvelles maisons étaient construites par les cap­‐horniers, dans les bourgs ou dans leur continuité. C’étaient aussi celles des premiers vacanciers, au bord de la côte.

Mais l’urbanisation de Mesquer est liée à la création de la « station balnéaire » dans le bois de Lanséria entre les deux guerres, puis peu à peu tout au long de la côte et aux abords des villages pour s’étendre sur une très grande partie de la commune.

L’évolution du bourg de Quimiac illustre bien cette l’histoire de la commune depuis l’activité salicole, maritime et rurale aux activités balnéaires et de tourisme ou à l’accueil de résidents désireux de vivre une retraite paisible.

Chaque époque y a créé des formes urbaines différentes, planifiées ou aléatoires au gré des lotisseurs, des constructeurs et des règles d’urbanisme. Quelques cartes permettent de faire apparaître les caractères qui créent le paysage urbain de chaque période :

‐ Les rues : leur largeur, leur dessin régulier ou irrégulier
­‐ Le réseau de la voirie : il intègre ou sépare les nouvelles constructions des anciennes.
‐ Les parcelles de terrain : leur forme et leur importance
‐ L’implantation des maisons : en continu ou isolées, en bordure ou en retrait de la rue.

On y voit que le bourg ancien comme la station de 1920 offre deux modèles du vivre ensemble, l’un adapté à la vie économique et sociale d’un petit bourg, l’autre à une population d’estivants. Mais dans les deux cas l’espace public est partagé entre les habitants et ouverts à tous. Les lotissements plus récents, sauf exception, créent des zones réservées aux résidents, en retrait de l’espace public, tandis que l’urbanisation diffuse absorbe peu à peu hameaux, champs, prés, landes et dunes.

Quimiac-le-bourg

Quimiac, le bourg ancien

 

Bois de Lanséria : la station balnéaire des années 1920-­‐1950

Bois de Lanséria : la station balnéaire des années 1920-­‐1950

Lotissement-péri-urbain

Les lotissements périurbains et la construction diffuse depuis 1970 (Cartes T. Evette)

Quimiac-rue-CentraleL’actuel Plan local d’urbanisme ralentit l’expansion de la construction, mais la qualité des paysages reste à protéger, notamment des clôtures hautes
qui transforment les rues en couloirs aveugles.