Chantier d’arrachage de Baccharis avec les bénévoles de Wavestone vendredi 31 août

Vendredi 31 août, de 9h30 à 12h30, tous les adhérents et autres bonnes volontés sont conviés à arracher ou àcouper les pieds de Baccharis avant la floraison (qui a lieu en septembre – octobre chaque année).

Nous ferons l’accueil  en mairie de Mesquer, puis nous nous rendrons vers 10 heures sur le marais de Ker Bernard derrière le petit bois en face du Pzetit Caboulo. Pour ce chantier, nous aurons le plaisir d’accueillir une équipe de 15 salariés d’un cabinet de conseil spécialiste de la transformation des entreprises : Wavestone. Cette opération est menée par Les amis des sites en partenariat avec le CPIE Loire-Océane.

Pour rejoindre le chantier en cours de route, vous pouvez vous garer sur l’aire des camping car. Les possesseurs de Baccharache sont invités à les amener.

Venez avec vos outils (cisailles et sécateurs) ainsi que gants, bottes, etc. N’hésitez pas à apporter du matériel en plus car l’équipe arrivant de Nantes en car n’aura pas l’équipement suffisant.

Il est prévu un pique-nique « sorti du sac » à midi pour tous ceux qui souhaiteront déjeuner sur place, les Amis des sites apportant le café et les boissons (eau et vin).

2 Commentaires

  1. Bonjour. Je ne serais pas présent à l’arrachage des barccharis. J’ai d’autres occupations à la même date. Pouvez-vous m’indiquer quel est l’interêt en sachant que ceux-ci ont toujours existés et je sais que maintenant vous autorisez les moutons à se promener en bordure des œillets qui comme chacun sait produit ´L OR BLANC de Mesquer et non de Guérande . Nous aurons bientôt du sel de Mesquer agrémenté aux excréments de nos chers moutons. Il ait vrai que plus on modifie le sel, avec ses aromates avec ceux cités plus haut, plus il vend cher.
    Revenons à un équilibre. Laissons la nature faire son œuvre et n’essaions pas de la modifier. Celle ci aura toujours raison .La mer qui nous côtoie aura toujours raison. Restons humble
    Dominique Joly

    • Bonjour
      Contrairement à ce que vous indiquez, le Baccharis n’a pas toujours été là et c’est au contraire une introduction artificielle par l’homme qui est la cause de sa présence. Dans un ou plusieurs siècle, la nature fera peut-être son travail très lent et des parasites limiteront sa prolifération. Toutefois, aujourd’hui, c’est loin d’être le cas et cette INVASIVE change radicalement l’aspect de nos marais. Nous travaillons en collaboration avec les paludiers et ceux-ci ne toléreraient pas la présence d’excréments dans leur récolte. C’est donc pour revenir à un équilibre que nous faisons ce travail et nous vous invitons à y participer la prochaine fois.